I did « dreams » ! Un jeu plus que créatif


Non je ne me prends pas pour Martin Luther King mais c’est bien moi qui ai fait des rêves ce jeudi 13 février dans le 3ème arrondissement parisien lors d’un événement organisé par SONY pour la sortie du jeu Dreams.

Dreams c’est quoi ?  un Jeu vidéo pour apprendre le Game Design

Annoncé depuis 2015, Dreams est un jeu créatif développé par Media Molecule et édité par Sony Interactive Entertainment. Il est sorti le 14 février 2020 sur PlayStation 4 et exclusivement sur PS. Le jeu ouvre sur un univers de création sans limite et en constante évolution crée par le so British Media Molecule. Le concept est simple, celui d’offrir à chacun de créer son propre gameplay, d’y faire évoluer des personnages ou de tout simplement devenir son propre Game Designer. Mais pas seulement ! Vous pourrez aussi vous essayer aux jeux créés par la communauté, réutiliser des graphiques et éléments des autres jeux et partager si vous le souhaiter 9vos propres créations par ce qui ressemble à une forme de copyright implicite.

  

 

Depuis quelques temps les outils « makers » ont le vent en poupe, ils sont demandés et attendus ! L’heure est à la création et chacun y va de ses envies. Cela semble sur un point de vue purement sociologique à un rêve de plus en plus présent pour les jeunes générations de gamers de s’intéresser à la conception et au développement du jeu vidéo. Et là si Dreams a touché dans le mille, Playstation n’a pas eu le nez moins fin de vouloir devenir le support officiel de cet univers. Ainsi Sony réaffirme sa place de leadeur du communautaire pour ce qui concerne le vidéo-ludique ! Et c’est bien joué de leur part !

L’espace exposition Dreams !

Du 12 au 16 février 2020, les meilleures créations réalisées par les joueurs du monde entier sont exposées au 3 rue Portefoin. Des artistes comme Oskunk, Le Diamantaire, Toxic Avenger,  Piano Novel, et quelques autres “Dreamers” français expérimentés, y présentent leurs oeuvres originales.

C’est magique, les esquisses de nouveaux mondes exposées comme des œuvres d’art. A travers elles, les conseillers, comme de plus vrais que nature, chefs d’exposition nous guident sur les différents tableaux : ici on joue de la musique, ici on cuisine, ici on joue sur des fragments de lumières et par là on fait progresser des personnages sur des chemins de mots… C’est bluffant, tout cela a été créé à partir de Dreams ?

Oui ! L’étendue des gameplays est incroyable et nous y croyons tellement peu que nous reposerons la question au tableau suivant… Bah oui ! Loin de ce qu’exposé nous demandons à le vérifier par nous -même, et là SONY nous vend encore un peu plus de rêve. Une Game Jam a lieu l’étage en dessous de nous. C’est là que nous retrouvons des étudiants de l’ICAN en train de s’affronter sur le développement de leurs propres jeux avec pour seuls outils une PS4 et Dreams en toile de fond… Les Gameplays sont ceux de pros mais avec des outils accessibles depuis aujourd’hui à tous ! Demain peut-être je pourrais m’y essayer et demain peut-être j’arriverais au même résultat. Moi qui ai un titre de développeur à défendre depuis ma dernière Global Game Jam (article ici), j’ai hâte de m’y coller.

Elle en pense quoi la psy ?

Pour les ados, pour les jeunes adultes c’est cool ! Dans les faits nous sommes là devant une nouvelle génération de jeu. Cette dernière correspond à une envie pour les jeunes gamers qu’ils soient assidus ou consommateurs ponctuels de pouvoir revenir à des idées plus créatives. Avant on jouait aux petites briques d’assemblage, là les univers se construisent dans le numérique. Ce type de jouet aura alors finalement toujours existé mais il était temps que nous les transposions à des univers plus modernes.

Le PEGI est à 12 ans du fait de la possibilité d’amener du tir et de la violence dans certains Gameplays, mais si nous en croyons ce que nous avons vu un enfant plus jeune bien accompagné d’un parent ou d’un grand frère pourrait découvrir les joies du Game Design sur des jeux de plateau tout à fait adapté. Nous interrogeons les personnes autour de nous et oui nous avons la confirmation qu’effectivement à partir de 7 ans accompagné cela passe très bien. C’est facilement manipulable, implémentable et, à en croire les étudiants qui sont là, le tout est très intuitif et simple. Le seul risque nous diront-ils c’est de brider sa créativité par peur d’être jugé par les autres utilisateurs, mais encore une fois libre au joueur de mettre ou non sa création à disposition des autres membres de la communauté de dreamers.

Au niveau cognitif nous nous interrogeons sur ce que la possibilité d’accéder à ce qui semble être les prémisses d’une activité de Game Design vient jouer sur le cerveau des plus jeunes utilisateurs. Le fait de réfléchir à une stratégie, d’énoncer une problématique, d’offrir des cheminements possibles de résolution, de se heurter à des contraintes inhérentes au système et à réfléchir à de nouvelles solutions pourrait avoir un impact positif sur l’apprentissage des frustrations et sur l’élaboration de schémas de raisonnements. Nous serions donc là devant une utilisation typique du jeu vidéo mis au service de certaines formes de remédiation cognitive. Nous n’avons certes pas le recul pour l’affirmer, mais cela ne me semble pas dénuer de sens.

Quels avantages ? 

La participation active de l’enfant, la possibilité de partage en fait une expérience à vivre aussi  en famille, loin des petites tours de briques que nous amenions à nos parents d’une pièce à l’autre de la maison pour leur montrer « oh regarde ce que j’ai fait » ce sont les parents qui pourraient être amenés devant la console pour découvrir les créations de leurs progénitures.  Qui sait cela leurs donneront peut-être envie aussi de créer leurs propres jeux pour leurs enfants et c’est peut-être eux alors qui iront chercher leur petit dernier dans sa chambre en lui disant « hé regarde ! C’est moi qui l’ai fait ! »

Notre Verdict :

waouhhhhh !  Il fallait y penser, nous l’avions rêvé et Dreams l’a fait !

Partagez sur :

Laisser un commentaire